musicothérapie alzheimer

Musicothérapie : se soigner par la musique, est-ce possible ?

Infos médecines douces

« La musique est le seul art qui parle à la pensée par la pensée même, sans le secours de la parole, de la forme et des couleurs » disait Honoré de Balzac, mais saviez-vous qu’elle a également le pouvoir de freiner la dégénérescence mentale ? C’est ce que l’on appelle la musicothérapie ! De quoi s’agit-il ? comment ça marche ? Nous vous expliquons tout cela dans ce nouvel article.

La musicothérapie se traduit par l’utilisation de la musique et des sons, corporels ou d’instruments, dans un but thérapeutique auprès de différents publics, notamment les personnes neurodivergentes, celles atteintes de dégénérescence cérébrale type Alzheimer, les personnes âgées et les autistes. Cette art-thérapie apparait en France en 1954, lorsque Jacques Jost, un ingénieur du son émet l’hypothèse que la musique peut soigner. Depuis, de nombreuses études scientifiques ont validé son intuition. Plus particulièrement celles du neuropsychologue Hervé Platel qui, depuis près de 20 ans, étudie la corrélation entre musique et plasticité cérébrale.

Quels bienfaits de la musicothérapie sur la santé ?

« [Les effets de la musique] sont multiples. Depuis que l’on a accès à la neuroimagerie, on s’aperçoit que l’écoute musicale fait travailler plusieurs zones cérébrales. L’écoute musicale provoque une véritable symphonie neuronale, car elle mobilise de nombreuses régions du cerveau » explique Hervé Platel. Aujourd’hui la musicothérapie fait partie des médecines douces couramment employées pour les atteintes cognitives.

« Quand on écoute de la musique, plusieurs types de mémoire se mettent en action. Il y a de nombreuses activations cérébrales, notamment au niveau de l’hippocampe » déclare Sylvie Captain-Sass, violoniste et musicothérapeute depuis 25 ans. C’est donc en stimulant l’activité neuronale que la musicothérapie livre ses bénéfices. Parmi les nombreux bienfaits de la musicothérapie, Sylvie Captain-Sass ajoute qu’elle peut être utilisée « avec les enfants mais aussi en entreprise dans le cadre de la QVT, qualité de vie au travail ». On note une baisse d’environ 60% de l’anxiété.

Elle augmente aussi les capacités d’attention de manière visible. Car on le sait aujourd’hui, le cerveau est plastique et la musique active la plasticité cérébrale. Mais le premier des bienfaits reste la réduction de la prise médicamenteuse. La musicothérapie est d’ailleurs prescrite par des médecins psychiatres. Une étude espagnole a même indiqué que cette médecine douce pouvait réduire la douleur en cas de fibromyalgie.

On peut donc dire sans risque que la musique soulage à la fois les troubles physiques et mentaux tout autant qu’elle adoucit les mœurs.

Julia Rodriguez

Tagged