hépatite fulminante

Hépatites aiguës infantiles : la surveillance s’organise

Santé

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a recensé, le 10 mai 2022, 348 cas probables d’hépatite aiguë sévère d’origine inconnue dans 20 pays, principalement chez des enfants âgés de 1 à 5 ans et au Royaume-Uni (160 cas). Des investigations sont en cours pour déterminer la cause exacte de cette mystérieuse maladie. Pour l’instant, la piste d’une infection par un adénovirus est privilégiée (70 % des cas) et le SARS-CoV-2 responsable de la covid-19 pourrait être également un facteur de co-infection (18 % des enfants malades testés étaient positifs). Cette inflammation du foie se traduit souvent (mais pas toujours) chez les enfants par de la fièvre, une jaunisse, des diarrhées, des vomissements, des douleurs abdominales, etc. Face à un cas d’hépatite infantile chez un patient de moins de 18 ans, les médecins devront effectuer plusieurs vérifications avant d’émettre un signalement auprès de Santé publique France, accompagné des prélèvements si un adénovirus est en cause. 

Catherine Chausseray

Tagged