France Biotech

France Biotech et les CHU veulent favoriser l’innovation dans la santé

Divers Santé

Connecter le monde médical à l’innovation industrielle. C’est l’objet d’une nouvelle convention signée entre l’Association Française de Biotechnologie et la Conférence des directeurs de CHU. Les priorités portent sur l’accès aux données, les dispositifs innovants et les achats novateurs dans les hôpitaux. Un comité de pilotage dédié a été mis en place.

Le conseil d’administration de France Biotech, association professionnelle regroupant des entreprises créatives dans le domaine de la santé, et la Conférence des directeurs généraux de centre hospitaliers universitaires (CHU), qui regroupe 30 CHU et deux hôpitaux régionaux, ont signé le 7 mars une convention de partenariat. L’objectif est d’établir une meilleure connaissance entre les établissements de santé et ces entreprises pour faciliter le développement et l’utilisation de la technologie. Les parties avaient déjà coopéré avant que ce partenariat ne se concrétise par un accord.

Bonnes pratiques et transferts de technologie

L’association et les CHU ont travaillé ensemble pour « échanger les bonnes pratiques en matière de transfert de technologie », explique Franck Mouthon, Président de France Biotech. « Le CHU développe des innovations qui conduisent à la création d’une entreprise. Ils sont membres de France Biotech. C’est tout naturellement que ces connexions sont nées », ajoute-t-il.

De son côté, Florence Favrel-Feuillade, membre de la conférence du CHUDG, explique que le CHU est le centre névralgique de l’innovation en santé : « Nous avons la capacité de diffuser l’innovation dans ce domaine. Le fait que notre installation soit connectée à l’écosystème entrepreneurial local est un facteur fascinant. » En effet, un comité de pilotage a été mis en place pour orienter les travaux avec la commission ‘’Recherche et Innovation’’ du président du colloque du CHU.

Ce partenariat porte sur « trois familles technologiques » (biothérapie, dispositifs médicaux, solutions numériques) qui se fédèrent autour d’enjeux communs. Il s’agit notamment d’améliorer les performances françaises dans les essais cliniques, de partager les meilleures pratiques de transfert de technologie et de s’engager dans la technologie médicale au sein des hôpitaux universitaires.

Le partenariat s’inscrit également dans le Plan Innovation 2030 présenté par le Gouvernement en juin dernier et dans le Plan France 2030 piloté par Bruno Bonnell. « Nous partageons à la fois l’ambition et la modalité très concrète de l’accélération pour que la France devienne leader en Europe », conclut Florence Favrel-Feuillade.

Julia Rodriguez

Tagged